On The consideration of carbon emissions in modelling-based supply chain literature: the state of the art, relevant features and research gaps

This review paper provides the operations management (OM) community with an exhaustive analysis of the mathematical models developed for the problem of low-carbon supply chain management (LCSCM). Our paper belongs to the green supply chain management (GSCM) reviews but is distinguished by its specific interest in analysing research works on supply chain (SC) management regarding the reduction of carbon emissions and its related constraints. To facilitate our benchmarking of the 83 selected papers, we adopt a literature classification based on the logistic decisions studied within the developed models. We distinguish three categories of logistic decisions: operational management, technology investment and SC design coordination. Companies are currently facing great external pressures from governments and their conscientious customers to reduce their overall emissions. We analyse how these environmental constraints, which we believe are key drivers for low-carbon emissions management, have been incorporated into mathematical models. Analysing these external pressures in terms of concern about carbon emissions constitutes our main contribution through this literature review. In addition, companies are facing a challenge to reduce their carbon emissions, which are mainly generated from production, transport and storage activities. Consequently, the modelling of carbon emissions remains a crucial task when addressing the LCSCM problem. We suggest analysing the techniques used thus far to approximate those carbon emissions. Furthermore, to illustrate our literature classification and the features of the LCSCM problem, we provide the framework on which we based our analysis of the selected literature. We discuss the modelling aspects of this problem to highlight the limits of the existing literature and consequently suggest recommendations for future research. We believe that this issue will continue to be one of the top concerns of the OM community within the GSCM field as it continues to gain importance among business leaders, and political and social actors.

Keywords: Green supply chain managementcarbon legislationcarbon emissionmathematical modelslow-carbon supply chaincustomer behaviour

Effects of Customers’ Environmental Awareness and Environmental Regulations on the Emission Intensity and Price of a Product

Decision Sciences, A Journal of the Decision Sciences Institute

Ramzi Hammami† and Imen Nouira
Rennes School of Business, 2 Rue Robert d’Arbrissel CS 76522 35065 Rennes, France,
e-mail: hammami.ramzi@gmail.com, imen.nouira@rennes-sb.com
Yannick Frein
University of Grenoble Alpes, CNRS, G-SCOP 38 000 Grenoble, France,
e-mail: yannick.frein@gscop.inpg.fr

ABSTRACT

We study the effects of customers’ environmental awareness (CEA) and environmental regulations on the emission intensity and price of a product with a price‐ and carbon emission‐sensitive demand. First, we consider a continuous setting where the production policy can be adjusted to reach any desired level of emission intensity while considering either a carbon tax or a carbon cap policy. Second, we consider a discrete framework where each production policy is defined by a given amount of emission intensity, a unit production cost, and a fixed investment cost. Under both settings, we study the joint effect of CEA and environmental regulations on a firm’s optimal policy. We compare the customer‐driven model (when demand is sensitive to price and emissions but without a carbon tax) to the taxation‐only model (when a carbon tax applies but demand is only sensitive to price).

Our main results indicate that CEA is an efficient driver for better environmental performance, acting as a substitute for a carbon tax but, unlike a carbon tax, leading to a lower price for the customers. In addition, we demonstrate that the nonmonotonous effect of a carbon tax on production policy selection, which is a known result in the literature, is no longer valid if one considers CEA. From a social welfare perspective, we show that simultaneously increasing the carbon tax and CEA generally leads to a reduction of social welfare. We perform robustness tests and show that most of our findings are valid under different assumptions regarding demand and cost functions.

https://doi.org/10.1111/deci.12302

Des groupes motopropulseurs hybrides novateurs placent la barre encore plus haut pour le secteur

Les efforts paneuropéens mis en œuvre sous l’égide du projet ECOCHAMPS ont abouti au développement de cinq véhicules hybrides qui peuvent se targuer d’émettre moins de CO2, d’être plus efficaces et de disposer d’un groupe motopropulseur plus petit et plus léger.

L’attention que l’on porte aux véhicules électriques en tant que pierre angulaire de la mobilité urbaine du futur ne doit pas nous faire oublier que leurs homologues hybrides ont également un avenir, et que cet avenir, c’est maintenant qu’il se joue. Dans la mesure où les problématiques liées à l’autonomie des véhicules électriques et à l’insuffisance des stations de chargement ne sont pas encore résolues, il est probable que les véhicules hybrides restent la solution de prédilection de ceux qui souhaitent se déplacer au-delà des limites urbaines, mais à une condition: le développement d’une technologie de groupes motopropulseurs hybrides rentables et faciles à intégrer.

Le projet ECOCHAMPS (European COmpetitiveness in Commercial Hybrid and AutoMotive PowertrainS) a été lancé dans cette perspective. Depuis mai 2015, son consortium, fort de 25 participants et qui inclut des fabricants de véhicules utilitaires légers et lourds comme FIAT, Renault, Daimler, Iveco, MAN et DAF Trucks, a travaillé sur des solutions pour améliorer l’efficacité des groupes motopropulseurs de 20 %, réduire leur poids et leur taille de 20 % et, de manière générale, pour rendre les véhicules hybrides plus rentables.

Prix de la meilleure thèse en transport et logistique

Dans le cadre de la promotion des recherches en transport et logistique, le GT2L, EVERS, e-VRO, PIVERT, OPUSS et TCDU organisent le prix de la meilleure thèse soutenue rattachée à un laboratoire de recherche Français (incluant CIFRE, co-tutelle….) :

  • ce prix est ouvert à tous ceux et celles ayant soutenu entre janvier 2017 et décembre 2018.
  • ce prix est ouvert aux doctorants et aux docteurs et fera l’objet d’une sélection par un jury composé de 20 enseignants-chercheurs. de déplacement des lauréats pour les auditions sera pris en charge par le GT2L dans la limite de 200€ par étudiant auditionné.
  • ce prix est ouvert aux doctorants et aux docteurs et fera l’objet d’une sélection par un jury composé de 20 enseignants-chercheurs.

Date limite de candidature : 15 novembre 2018

Pour en savoir plus

Renault Trucks lance un Master 100% électrique

Renault Trucks lance la commercialisation de Renault Master Z.E., un utilitaire 100% électrique, qui permet d’accéder à toutes les zones urbaines, quelles que soient les restrictions mises en place.

Renault Master Z.E. est disponible en quatre versions fourgon et deux versions plancher-cabine. Doté d’une autonomie réelle de 120 km, sa charge complète nécessite six heures. “Les batteries ayant été placées sous les sièges avant, le volume de chargement du Renault Master Z.E. est identique à celui d’un Renault Master diesel“, indique le constructeur.

Renault Master Z.E. est en outre équipé de série d’une caméra de recul, d’un radar de recul et d’un miroir anti angle mort. Il reçoit également le système d’alerte Z.E. voice, qui prévient les piétions du passage du véhicule, lorsque celui-ci roule entre 1 et 30 km/h.

Source : strategieslogistique.com

Forum Smart City 2018

Les forums Smart City by La Tribune s’attachent à réfléchir aux nouveaux modèles économiques, aux nouvelles pratiques, aux mutations des relations entre les différents acteurs publics et privés dans les territoires, aux enjeux qu’implique la transformation urbaine, à l’impact de la révolution digitale sur la ville. Des forums de références qui se veulent les lieux de rencontres uniques entre entrepreneurs, ingénieurs, décideurs, intellectuels, responsables politiques et la nouvelle génération.

Pour en savoir plus

ZF investit dans la logistique intelligente

L’équipementier allemand soutient le secteur logistique, qui affiche une nette avance par rapport au secteur automobile avec des concepts innovants et d’importants investissements.

La logistique du « dernier kilomètre » pour la livraison des colis est un cas d’utilisation intéressant. Le camion de livraison de ZF baptisé Innovation Van montre à quel point la mise en réseau intelligente, la conduite autonome et la transmission entièrement électrique contribuent au développement de services de livraison répondant aux besoins futurs, tels que la hausse des volumes de livraison et les demandes de livraisons particulières. De tels véhicules contribueront également à la réduction des émissions et du trafic en milieu urbain.

Entièrement électrique, ce véhicule de livraison est équipé de fonctions de conduite autonome de niveau 4. Il est conçu pour manœuvrer librement dans les centres-ville. Ainsi, Il reste dans sa voie de circulation même en l’absence de marquage au sol, détecte les feux et les panneaux de signalisation et réagit aux situations dangereuses soudaines. De plus, le véhicule peut détecter et contourner les obstacles tels que des véhicules garés en double file…

Lire la suite de l’article de decisionatelier.com

Le Big Data et des outils de visualisation pour répondre à la planification urbaine et la mobilité

Des recherches soutenues par l’UE permettent de dévoiler l’ampleur de l’utilisation du Big Data au sein des organisations du secteur public. Les résultats contribueront à l’élaboration d’un cadre pour des décisions politiques durables.
Il est largement reconnu que l’analyse de grands volumes de données, Big Data, pourrait offrir des informations et des opportunités considérables pour aborder les défis sociétaux, comme la santé, la sécurité et le transport. Cependant, son potentiel reste inexploité, notamment en matière de prise de décision dans le secteur public. Le projet PoliVisu, financé par l’UE, vise à relever ce défi en changeant le cycle traditionnel d’élaboration de politiques publiques.

Comme expliqué sur le site web du projet PoliVisu, celui-ci «augmente la participation du public et le soutien dans l’élaboration de politiques urbaines en dotant les décideurs des compétences et des outils nécessaires, comme le traitement de données ouvertes (géographiques) ou des visualisations avancées, afin d’utiliser le Big Data pour l’expérimentation de politiques collaboratives.» Récemment, PoliVisu a mené une enquête afin de commencer à développer une structure qui utilisera ces données dans les cycles actuels d’élaboration de politiques. L’objectif était de cartographier le niveau de connaissances en matière de données dans le secteur public en Europe, en ciblant des gouvernements locaux et des autorités régionales.

Lire l’article Cordis
Source : CORDIS
Copyright © Communautés européennes, 2018

Selon les résultats publiés sur le site web du projet, le Big Data est perçu d’une façon positive. La plupart des personnes interrogées ont déclaré qu’ils l’utilisent de façon individuelle dans chaque unité ou département. Cependant, l’enquête a montré que l’application généralisée dans différents domaines de l’élaboration de politiques semble être limitée. «Les personnes interrogées ont soulevé plusieurs facteurs dissuasifs: le manque de stratégies à long terme en matière de Big Data; les cadres établis pour la qualité, la vie privée et la confidentialité; les programmes de formation dédiés; et la sensibilisation de toutes les organisations sur la façon dont le Big Data peut être utile dans différents domaines.» Elles ont classé le volume comme l’aspect le plus important du Big Data, suivi de la diversité et du processus.

Le projet PoliVisu (Policy Development based on Advanced Geospatial Data Analytics and Visualisation), en cours, travaille avec trois villes pour aborder des problèmes liés à la mobilité intelligente et à la planification urbaine. En utilisant les outils de PoliVisu, les villes testeront plusieurs hypothèses politiques avec des parties prenantes grâce à des ensembles de données locales. Ces derniers comprennent des données de capteurs routiers sur les flux de trafic, des données sur l’historique des accidents, des données provenant de feux de circulation et des données sur les piétons, en vue de simuler visuellement les effets potentiels.

Sites pilotes

Dans le cas d’Issy-les-Moulineaux en France, PoliVisu espère créer une «boîte à outils de visualisation facile à utiliser» pour prédire et suivre les congestions routières en temps réel. Elle aidera les utilisateurs à prendre les bonnes décisions et leur permettra d’adopter des pratiques plus durables pour réduire la congestion. À Gand, en Belgique, le projet étudiera le comportement des étudiants en Flandre en matière de mobilité et utilisera ces données pour contribuer à l’élaboration de politiques régionales innovantes. Enfin, à Pilsen, en République tchèque, le projet devrait entraîner une coordination efficace des travaux de voirie dans la ville. Cela sera possible grâce à un outil de prédiction du trafic fondé sur «un nouveau calcul automatisé en temps réel du modèle de trafic de la ville après la présentation d’un problème routier via un tableau de bord gérant la ville.» L’application sur l’intensité du trafic représente un exemple de visualisation politique créée par la technologie de PoliVisu à Pilsen. Elle affiche l’état du trafic prévu dans la ville heure par heure, de mai 2017 à novembre 2018. Les informations sur le volume du trafic proviennent du modèle de trafic de la ville et prennent en compte les travaux routiers qui ont lieu le jour sélectionné. Les partenaires de PoliVisu pensent que la visualisation aide les décideurs politiques à mieux planifier les travaux routiers de la ville.

Rapport CONCluDE sur les critères de sensibilité de demande par rapport à la performance environnementale

Ce rapport constitue le premier livrable du rapport CONCLUDE (CONception des Chaînes Logistiques avec Une Demande sensible à la performance Environnementale). Son objectif est d’identifier des critères de sensibilité de la demande par rapport à la performance environnementale à partir d’une revue de littérature. Nous avons dans un premier temps défini les notions de qualité environnementale, performance environnementale et préciser les attributs relatifs aux produits susceptibles d’influencer la demande. Un état de l’art de la littérature sur le « marketing vert » a ensuite été effectué. Ont ensuite été identifié dans la littérature les critères environnementaux susceptibles d’être mobilisés pour la sélection de fournisseurs. Ces critères étant très nombreux dans la littérature (plusieurs centaines), une typologie, validée par double-codage, de ces critères environnementaux a été proposée.

Télécharger le Rapport 

Toyota dévoile une nouvelle version de son semi-remorque à hydrogène

Toyota travaille sur un poids lourd alimenté par une pile à combustible à hydrogène qui est testé en conditions réelles pour du transport de conteneurs aux États-Unis. Le Project Portal 2.0 est la deuxième évolution de ce semi-remorque qui s’approche davantage d’une version commercialisable.

Après avoir lancé en avril 2017 sa première version, Toyota vient de dévoiler la version bêta de son camion zéro émission. Il a en effet enregistré 10 000 miles de test, soit plus de 16 000 km, dans des conditions réelles aux alentours du port de Long Beach et de Los Angeles.

Connu en interne sous le nom de Project Portal 2.0, ce camion Toyota est passé de 200 miles à 300 miles d’autonomie pour un seul plein d’hydrogène, soit respectivement 321 km et 482 km. En partant du principe que d’ici 2030, 32 000 camions pollueront les ports de Long Beach et Los Angeles avec d’importantes quantités de substances cancérigènes et de particules de diesel, cette amélioration est d’autant plus appréciable qu’elle n’émet que des vapeurs d’eau. Elle sera opérationnelle à partir de l’automne.

https://www.youtube.com/watch?v=BI_vxasmqGQhttp://

Lire l’article de Marc Zaffagni sur futura-sciences.
Lire l’annonce de Toyota